Tribunal de grande instance d’Angoulême : audience de rentrée

Publié le 02 Oct 2018


Le 1er octobre 2018, s’est tenue l’audience de rentrée solennelle du tribunal de grande instance d’Angoulême en présence de nombreux invités, et notamment des avocats du barreau de la CHARENTE.

L’engagement et le dévouement des fonctionnaires de justice dans un souci de bonne administration de la justice s’est encore une fois démontré lors de l’audience de rentrée solennelle qui s’est tenue ce jour.  Malgré une augmentation de plus de 18% concernant la vacances des postes tant de magistrats que de greffiers, le tribunal de grande instance d’Angoulême a su faire preuve en cette année 2018 fort de sa cohésion, son investissement et de sa rigueur, de rigueur et d’exigence face à l’augmentation de la délinquance.

Délinquance en Charente

Le département de la Charente fait face à une délinquance de transit, itinérante, en augmentation de plus de 20% et dont l’intensité des comportements violents est en plein croissance.  Cependant l’unité qui est propre au tribunal de grande instance d’Angoulême permet de définir ce département comme peu criminogène en comparaison d’autres départements.

Ainsi que cela a été rappelé lors de cette rentrée, l’exigence du Parquet, l’efficacité policière, la culture du résultat dont fait preuve le tribunal, l’application stricte de la politique pénale qui en est faite permettent de donner un avertissement sans faille tout en restant le premier garant des libertés individuelles.

Face aux réformes récentes et à la réorganisation de la carte judiciaire, le tribunal de grande instance d’Angoulême se voit aujourd’hui renforcé avec de nouvelles intégrations tant au parquet qu’au siège mais surtout avec la création de nouveaux pôles comme le pôle cambriolage au sein du ministère public ainsi que la création du pôle social près le tribunal de grande instance qui réunira les affaires du TASS, du TCI et toutes affaires relatives au domaine agricole.

Cette réorganisation ne va pas en délaissant le pôle famille qui se voit doter d’un nouveau juge aux affaires familiales, juge des sentiments quotidiens si intense, mais aussi du pôle de l’application des peines avec un nouveau juge à l’application des peines, poste déterminant face à l’activité croissante du domaine.

Ces annonces sont les bienvenues, alors qu’il y a encore quelques semaines l’ensemble du microcosme judiciaire charentais s’était réuni pour manifester contre les projets de réforme en suspend au sein du ministère de la justice, dont il est à craindre que l’objectif soit de diminuer encore les dotations, et les compétences de ce pole judiciaire si important pour notre territoire.