Concours d’éloquence à Angoulême

Publié le 15 Mar 2018


La demi-finale du concours d’éloquence organisé en partenariat par l’ordre des avocats du barreau de la Charente et le centre universitaire de la Charente s’est tenu jeudi 15 mars 2018 dans un amphithéâtre bondé. Les spectateurs étaient unanimes pour saluer cette année encore le travail de très grande qualité des participants, qui n’ont pas hésité à mouiller la chemise pour dérider leurs camarades de promotion.

Etienne BELLOT des MINIERES
Etienne BELLOT des MINIERES – Nous allons vous faire gagner !

En présence de maître Jean-Michel GROSSIAS, bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de la Charente, et de maître Armand TANOH, président de l’union des jeunes avocats de la Charente, de jeunes juristes s’affrontaient sur des sujets aussi épineux que « faut-il retenir la nuit ou allumer le feu ?, Aimer rend-il heureux ?, Faut-il balancer son porc ?, Tout Homme qui marche peut-il s’égarer ?, le silence peut-il être malentendu ?, ou enfin faut-il refermer les portes du pénitencier.

Parmi ces interventions de grande qualité madame Juliette BOURDEAU s’est demandé s’il était possible de retenir la nuit. Le jeune Etienne BELLOT des MINIERES lui a répondu en mettant le feu à l’assemblée. Son intervention s’est terminée par une standing ovation à la fin de son intervention, se prenant tantôt pour Emmanuel MACRON, tantôt pour le rockeur préféré des français.

Concours d'éloquence - centre universitaire de la CHARENTE
Leanne ROUGIER

Après que monsieur Benoist CHERFALLOT nous ait expliqué que l’amour, c’était l’infini mis à la portée des caniches, madame Léanne ROUGIER lui a répliqué que toute passion se fane, que l’amour est une utopie pour ceux qui ne voient la vie que du bon côté. Il faut dire que le mariage se terminer mal en général : par la mort ou par le divorce, comme le disent les enseignants de droit civil… Madame Noëmie GUILLEBAUD nous a, pour sa part, expliqué qu’il ne fallait pas balancer son porc, car selon elle, lorsque les délateurs sont récompensés par leur quart d’heure de gloire, on ne manque jamais de coupable. Et de s’interroger : imaginez un monde où les moches auraient peur de séduire ? Il est vrai que l’on ne parle pas assez des gens bons…

Caroline AUBIN - avocat charente
Caroline AUBIN – La liberté de chaque Homme n’a de bornes…

Dans un style plus philosophique, l’Homme qui marche a également été abordé. A l’image de la sculpture de GIACOMETTI,  madame Caroline AUBIN nous a emporté au fil de sa réflexion explorer jusqu’à l’évocation symbolique de l’aspiration de tout Homme qui marche : Fera-t-elle le premier pas ? C’est que de l’amour à la lune, il n’y avait qu’un pas. Le pas de l’audace avec laquelle on s’abandonnera aux délices fugitifs de la circonstance.

D’après madame Soledad BECHERESSE, l’Homme qui marche ne peut pas s’égarer. Et d’ailleurs, la seule lutte qui marche bien, est celle de la libération des pieds, parce que tous les chemin mènent à Marseille. La marche est en effet une étape clé de notre développement. Il reste que pour monsieur Jovany SABOURIN, c’est dans le silence que la marche sonne. Quoi de plus complet que le silence ? C’est ainsi qu’au moyen d’un schéma didactique, ce dernier c’est appliqué à retracer l’ensemble des points importants de sa performance. Monsieur Jordan PEYRAT estimait que le mutisme n’était pas le silence. Pourtant le silence ne pouvait pas être malentendu, parce que le silence est roi. Ce qui es paradoxal, parce qu’il est impossible de ne pas mal entendre quelque chose que l’on ne peut pas entendre.

Concours d'éloquence - avocats Angoulême
Charly LADANT cherchant à intimider le jury

Ce premier tour s’est terminé par la question peut être la plus importante de la soirée : fait-il refermer les portes du pénitencier. D’après monsieur Charly LADANT, qui n’a pas hésité à utiliser une batte de baseball pour intimider maître Patrick HOEPFFNER, président du jury, la prison, c’est la drogue de la peur. Madame Esther MONTAUBAN lui a répondu avec malice qu’aucune porte ne devait être fermée, ni celle de votre coeur, ni celle de votre esprit, ni celle… du pénitencier.

GRIS9048Le jury, composé d’éminents avocats du barreau de la Charente et du précédent vainqueur du concours d’éloquence s’est retiré pour délibérer. BARTOCHE en a profité pour prendre la parole quelques minutes, et offrir au public, un exercice mêlant retour d’expérience individualisé et performance artistique. Polyvalence du geste et du texte, c’est en musique que BARTOCHE a choisi de s’exprimer, suscitant l’admiration de tout le public.

Maître Anne-Sophie ARBELLOT de ROUFIGNAC qui débranche BARTOCHE
Le jury a « débranché » BARTOCHE

Revenant sur les interventions des uns et des autres, il a rappelé à ceux qui étudient le droit, et donc l’art de l’oralité, que l’éloquence ne devait pas être utilisée comme une arme, mais comme un outil. Elle suppose de penser tout ce que l’on dit. Parce que le discours ne peut toucher que s’il est sincère. En revanche, la parole éloquente n’est pas toujours correcte ; c’est que l’éloquence suppose de prendre un risque. De se mettre en danger. De tenter. Et ce concours est une chance pour les étudiants du centre universitaire de la Charente. Les avocats du barreau de la Charente, avec le soutien du tribunal de grande instance d’Angoulême, leur donnent le support de cet exercice. Ils peuvent apprendre à se mettre en danger « sans risque », pour mieux se connaître eux même et repousser leurs limites.

Ce tour de chant ne pouvait cependant finir sans un coup de théâtre, concocté avec la complicité du jury qui a littéralement « débranché » BARTOCHE ! Maître Patrick HOEPFFNER, avocat au barreau de la Charente, a pris la parole pour féliciter les candidats et annoncer les résultats.

La véritable éloquence se moque de l’éloquence a-t-il rétorqué à BARTOCHE. Il faut être naturel, venir devant le public avec ses défauts et ses qualités ; l’essentiel est de délivrer une émotion. Sans trahir le secret des délibération, le président du jury a cependant tenu à féliciter l’ensemble des candidats qui, d’un avis unanime ont produit un travail d’une qualité remarquable qui fait honneur au centre universitaire de la Charente, et participe incontestablement du rayonnement de la cité angoumoisine en Nouvelle Aquitaine.GRIS9193

Il a ensuite annoncé les résultats, les candidats sélectionnés pour la finale étant madame Juliette BOURDEAU, monsieur Etienne BELLOT des MINIERES, monsieur Benoist CHERFALLOT, madame Noémie GUILLEBAUD, madame Caroline AUBIN et madame Esther MONTAUBAN.